Incendie des Pyrénées Orientales où comment j'ai cru vivre l'apocalypse !

Jeudi 8h un incendie s'est déclaré à Montalba le Chateau, une commune voisine de la notre Ille sur Têt. Dans le 66 il fait beau, il fait chaud et il fait surtout du vent alors ça s'est propagé à vitesse grand V. Les pompiers ont demandé le renfort des canadairs mais ça n'a pas suffi et en milieu d'après midi les pompiers d'autres départements et de Paris sont venus, appuyés par des bombardiers de Catalogne et 2 autres trackers.

Au total plus de 450 pompiers et 8 pilotes n'ont cessé de lutter toute la journée et à 20h le feu était totalement hors de contrôle. Il a passé la rivière de la Têt, la N116 qui a été fermée et avec le changement de vent il s'est séparé, et plusieurs foyers s'intensifiaient en même temps sur des secteurs très éloignés.

J'ai eu la plus grosse peur de ma vie en voyant, depuis la chambre de notre fille (distance de 3/4 minutes en voiture), les flammes danser sur les crêtes.

J'avais jamais vu ça "en vrai", surtout en face de ma maison, c'était une vision d'apocalypse. L'odeur âcre brûlait la gorge et rendait l'air irrespirable. Au dessus de chez nous le ciel n'était plus bleu mais marron et le soleil était devenu invisible.

Le jeudi à 21h il pleuvait des cendres ce qui a fini de me laisser penser que nous étions aux portes d el'enfer....

Toute la nuit ça a continué de brûler et vendredi matin vers 7h les canadairs étaient de retour. Le feu est désormais contenu, et ça se calme doucement mais l'alerte est maintenue.

Bizarrement j'ai plus eu peur pour les hommes et femmes qui combattaient le monstre sur terre et dans les airs que pour nous. Au pire on aurait perdu la maison, et même si on est propriétaires une maison ça se reconstruit, mais eux ils ont joué leur vie. Malgré tout ce qui a été perdu tout le monde est en vie, quelques blessés léger, et c'est bien là l'essentiel.

Alors si tu es pompier, gendarme, policier, pilote, ou encore que tu travailles à l'équipement, aux routes, ou même à la coordination dans les bureaux, laisse moi te dire merci pour tout ce que tu fais pour veiller à notre sécurité.

Merci d'avoir choisi de nous protéger quand nous nous étions chez nous, en train de rassurer et de border nos enfants et que les tiens priaient secrétement pour qu'il ne t'arrive rien.

Feu à 18h

Feu à 18h

Incendie des Pyrénées Orientales où comment j'ai cru vivre l'apocalypse !
Retour à l'accueil